Scholarship in Japan

Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Comme stage de fin d’I4 à ESIEE Paris, j’ai décidé de partir au Japon, à l’université Kogakuin située à Tokyo. 4 étudiants sont partis cet été, à savoir:

Notre interlocuteur français avec Kogakuin à ESIEE Paris fût M. Tarik Bourouina. Cette page relate les informations relatives au séjour. Pour des informations sur le projet voir la page Stage I4.

Formalités de départ

Nous avons d’abord décidé de prendre notre billet d’avion chez Air France. Suite aux procédures administratives entre les deux écoles, nous avons pris notre billet assez tard. L’aller-retour nous a coûté environ 1200€. Après avoir reçu nos dates d’arrivées, l’école nous a fourni les documents administratifs correspondant à notre échange, à savoir: Les règles et les informations du dortoir. Un visa n’est pas nécessaire pour le Japon si vous restez pour une durée inférieure à 3 mois, seul un passeport vous sera demandé. De même, aucun vaccin n’est obligatoire, il est conseillé de faire le vaccin contre l’encéphalite japonaise si vous prévoyez de visiter les zones rurales. Niveau liquidité, je suis parti avec les 3 mois de loyer en yen sur moi de la France et je regrette de ne pas en avoir pris plus. En effet, au début de notre arrivée le taux de change était plus bénéfique qu’au fur et à mesure du séjour. De plus il faut compter une ponction d’environ 2,3% du montant retiré plus une taxe fixe pour chaque retrait par carte bancaire. Le paiement direct est quant à lui moins cher mais occasionne tout de même des frais. Pour un exemple, lors d’un retrait de 460€ j’ai eu un prélèvement de ma banque de 12€ de taxes. De retour en France, j’ai constaté que j’avais perdu plus de 90€ en frais de retrait bancaire.

Arrivée au Japon

Le temps de vol entre le Japon et la France a duré 12h avec le choix du billet pris, nous sommes arrivés le 8 mai pour 3 mois de stage. Prévoir au moins une demi-heure pour le passage des douanes. Des élèves de Kogakuin sont venus nous chercher à l’aéroport pour nous emmener à Tokyo. Étant arrivés à l’aéroport de Tokyo Narita, le train jusqu’à Shinjuku nous a coûté environ 24€. Nous avons ensuite retrouvé notre suiveur de stage Takashi Kanamaru ainsi que le professeur Masanori Shiomi à Kogakuin university. Nous avons rencontré l’équipe du labo avec laquelle nous allions travailler. Nous sommes allés remplir les documents administratifs et payer le dortoir au 12ème étage (Étage de l’administration du campus de Shinjuku). Cette étape nous a permis d’obtenir les accès aux salles et machines qui nous étaient autorisées. Nous avons aussi profité de la présence de nos accompagnateurs de Kogakuin university pour trouver où acheter des adaptateurs de prises électriques. Ils nous ont donc amenés à une boutique d’électronique non loin du campus de Shinjuku. Un autre magasin utile situé dans le quartier de Shinjuku est le Don Quichotte surnommé Donki par les japonais permettant d’acheter les produits liés à la vie commune.

Le cadre de travail

Cette école est géographiquement située sur deux campus, un au cœur de Tokyo et un à Hachioji, une ville situé en périphérie de Tokyo, un peu un équivalent de Marne-la-vallée. Les deux campus étaient approximativement à une distance égale de notre résidence, environ 45 minutes. Pour le campus de Shinjuku, le trajet se fait via la Chûo-line et une courte marche à pied de 5 minutes. Pour celui d’Hachioji, vous devrez prendre la Chûo-line dans l’autre sens puis prendre un bus qui vous emmènera au campus.

Campus de Shinjuku

Il est situé dans une tour de 29 étages (en comptant le niveau B1), le labo de travail fourni aux étudiants cette année était situé au 16ème étage. L’étage administratif est situé au 12èmeétage. Il est possible de manger dans de nombreux petits restaurants à 5 minutes du campus pour environ 4 à 6 €. Si vous ne souhaitez pas manger dans les restaurants, vous pouvez acheter des bento à l’épicerie du campus ou, si vous avez le courage d’affronter la file d’attente de la cantine, de manger à celle-ci pour un peu moins de 4 €. Le quartier de Shinjuku étant très fréquenté, il faut s’attendre à des heures de pointes dans les transports très chargées.

Campus d’Hachioji

Situé à 20 minutes de bus de la ville d’Hachioji, ce campus est nettement plus grand que celui de Shinjuku. Il fait environ 230.000 m² de superficie. Ce campus possède ses propres installations sportives avec un gymnase et des terrains de sport. Il est subdivisé en deux sous-parties:

  • Le campus d’Hachioji
  • Le campus d’Hachioji-Inume situé à 10 minutes de marche du premier.

Ici pas de petits restaurant à mon grand regret, juste un restaurant indien dont le curry est assez sympathique. Vous pourrez alors vous restaurer à deux endroits différents : soit à la cantine du campus d’Hachioji, si vous n’avez non plus pas peur des files d’attentes ou vous pourrez acheter vos bento au 7 eleven situé à 3 minutes à pied du campus d’Inume. Le labo où nous avons travaillé était situé sur le campus d’Inume et avait une superficie à peu près égale à deux fois celle de la cellule du BDE. Le matériel proposé aux étudiants était vraiment au top et la présence de notre suiveur irréprochable. Nous partagions ce labo avec une équipe de 9 personnes mais nous n’étions en général que trois ou quatre.

Dortoir

Les dortoirs des filles et ceux des garçons sont séparés, il faut environs 5 min à pied pour aller de l’un à l’autre. Le dortoir des garçons est plus proche de la gare et celui des filles est plus proche des magasins (Location de manga et autres).

Dortoir des garçons

Les chambres sont individuelles et doivent faire environ 13 m². Vous disposez de nombreux placards de rangement, d’un bureau et d’un lit. Pensez par contre à prendre des cintres, ils ne sont pas fournis. Je trouve personnellement le matelas/futon un peu dur, je me suis donc arrangé pour le renforcer avec les draps et les deux couettes fournies. Il y a une climatisation dans la chambre activable par commande manuelle. Les douches sont soient collectives si elles sont prises dans la salle du bain (bien qu’une douche individuelle soit aussi présente dans cette salle) ou individuelles du côté de la cantine. Pour laver le linge, vous devez avoir votre lessive, l’utilisation de la machine à laver est alors gratuite. Le sèche-linge coûte 100 円/30 minutes. Il n’y a pas de fer à repasser disponible. Les repas sont servis matin et soir, sauf le dimanche et jours fériés. Le petit déjeuner est japonais, c’est à dire avec du riz au petit déjeuner (parfois du lait est servi mais peu fréquemment si ce n’est celui en poudre). Un distributeur d’eau chaude gratuit est à disposition. Il est nécessaire d’amener vos ustensiles si vous souhaiter manger dans le dortoir le week-end (une cuisine est disponible). Le frigo est collectif (bien qu’il soit possible d’en louer, cf notice précédente). Le gérant et le personnel ne parlent pas anglais, il faudra donc vous expliquer en japonais ou vous faire aider des quelques étudiants parlant anglais. Nous avons disposé d’internet et d’un téléphone fixe japonais compris dans le prix du dortoir et payé par Kogakuin pendant les 3 mois. La connexion dépasse rarement les 300ko/s mais c’est mieux que rien. Le branchement se fait via un câble Ethernet branché au téléphone, pas de Wifi. Faites donc attention si vous disposez de mac/pc n’ayant pas de prises Ethernet. Vous avez quatre prises électriques japonaises, à vous d’acheter le ou les adaptateurs qui vont bien. Personnellement j’ai emmené une multiprise avec un adaptateur que j’utilisais près du bureau. Nishi-kokubunji est autant à la campagne que Noisy-le-Grand et ESIEE Paris, donc si vous voulez visiter, il faudra prendre la Chuô-line. L’aller jusqu’à Shinjuku coûte 460円.

Dortoir des filles

N’ayant pas mis les pieds à l’intérieur de celui-ci, je ne peux donc rapporter que l’expérience de Doris et les échos que j’en ai eu. Il semble que le dortoir des filles soit beaucoup plus convivial que celui des garçons et de facture plus récente. Il semble qu’il soit géré par la même société que celui des garçons cependant le gérant parle cette fois un peu anglais. Le personnel est très amical. On dispose d’un petit balcon où étendre son linge même s’il est nécessaire d’avoir sa corde à linge, un fer à repasser ainsi que tout l’équipement matériel nécessaire à la lessive est disponible. La galerie des photo des deux dortoir est disponible sur cette page.

Carte de transport

Les transports au Japon coûtent relativement chers. Pour circuler plus facilement nous avons acheté une carte SUICA (carte de transport prépayée). Celle-ci coûte au minimum 2000円 soit 500円 pour la création de la carte (pouvant être remboursé si vous rendez la carte en fin de stage) et 1500円 de crédit transport. Pour créer sa carte, il suffit de se rendre vers la borne dédiée dans une station. Cette carte permet en plus de payer dans certains magasins et distributeurs. En badgeant à la sortie des stations, il est possible de voir le montant restant sur la carte ainsi que le montant déboursé pour le voyage actuel. Le rechargement de la carte s’effectue sur les bornes vertes identiques à celle montrée en photo précédemment. Pour le séjour de 3 mois nous avons pris un commuter pass. Intégré à la SUICA, ce commuter pass autorise un nombre de trajets illimités entre deux stations choisies. On paie juste l’achat du commuter pass et lors de déplacements hors des stations choisies. Pour un mois de circulation entre la station de Nishi-Kokubunji et Hachioji, nous avons payé environ 63€.

Téléphone

Avec l’arrivée des Smartphones, si vous en utilisez un, il est probable que vous puissiez l’utiliser au Japon. Mais si vous utilisez un téléphone GSM, il faudra louer un Keitai (téléphone portable japonais, voir un Smartphone, pour ceux qui ont beaucoup de ressources). Les deux opérateurs japonais principaux sont Sofbank et Docomo NTT, disposant de leurs propres réseaux, il semblerait que les communications entre deux réseaux différents soient chères. La location d’un téléphone coûterait aux environs d’un euro par jour (en 2012). Niveau abonnement, deux problèmes:

  • Documents nécessaires
  • Coûts élevés

En effet, la plupart des boutiques des deux opérateurs demandent une alien card ou d’autres documents que nous n’avions pas en notre possession (même s’il semblerait que la location devienne plus souvent possible même sans ces documents). Des abonnements internet seulement (mail et internet sont disponibles mais sont soit lents, soit très chers). Kanamaru-sensei utilisant ce type d’abonnement pour les Smartphones du labo d’Hachioji, je me suis intéressé à ce type d’abonnement. Le moins cher (environ 20€), data illimitée est bridée à 300kbps (détail en japonais). Les forfaits disponibles ont une durée d’un mois, 3 mois ou 6 mois. La version 1 mois étant une exclusivité en ligne il n’était pas possible de le réserver sans avoir une carte bancaire japonaise. Le second forfait n’était pas bridé et permettait donc les appels VOIP avec un débit convenable, mais cher (98 € par mois, détail en japonais).

Budget

Les précédents rapports m’avaient annoncés la couleur : la vie au Japon est chère… un loyer de 460€ et des transports qui coûtent 4€ pour un aller entre le dortoir et l’université, même avec un pass mensuel, le bilan est relativement élevé :

Catégories

Prix (€)

Logement

1275

Billet d’avion

1200

Transports

280

Nourriture

700

Achats

180

Total

~ 3635

Ce budget est donné à titre indicatif dépendant du taux de change et de vos sorties.

Projet

Sujet

Nous avions eu à « choisir un projet » avant de partir, de façon à fixer les limites du travail que nous allions accomplir : Nous devions créer une application Android avec utilisation de caméras et moteurs. C’est une fois arrivé là-bas que nous avons réellement décidé du projet à réaliser. Nous avons baptisé notre projet Shaipicku. Trois cubes disposant chacun de formes géométriques (cercle, triangle et carré) et de couleurs différentes (bleu, rouge et vert) sont analysés et reconnues par une caméra IP. D’un autre côté, nous avons une feuille avec les mêmes motifs d’imprimés. L’utilisateur va choisir une des formes disponibles et un bras mécanique va venir saisir le cube pour le déposer sur la bonne surface de l’autre côté. Nous avions donc un projet avec de la mécanique et du traitement d’image mettant en application les connaissances acquises durant cette année.

Ambiance de travail

Dès la première semaine, une ambiance de travail détendue et amicale s’est instaurée. En effet, à peine arrivés, nous avons eu droit à un dîner au restaurant avec les différents membres de l’équipe et notre suiveur. De plus, il n’était pas rare que les membres du labo se retrouvent et discutent ou participent à des activités ensemble. Ayant décidé de venir à Hachioji, nous n’avions pas de réunion hebdomadaire mais livrions en direct notre travail lorsque Kanamaru-sensei se trouvait au labo. Le rythme de travail n’était donc imposé que par nous-même. Durant le mois de Juillet une « welcome party » fût organisée pour tout le département Global Engineering. Ce fût donc l’occasion de retrouver les différentes personnes rencontrées et faire de nouvelles rencontres.

Loisirs et sorties

Rien que dans Tokyo ; vous avez de nombreuses choses à voir :

  • Les différents quartiers à thèmes : Harajuku, Ikebukuro, Akihabara…
  • Les musés gratuits (si vous vous intéressez à la culture japonaise)
  • Les restaurants typiques (Yakiniku, Sukiyaki, Restaurant d’Udon, d’Okonomiyaki….)

Bref, des occupations variées qui ne dépendent que de vous et de vos finances car, malheureusement, les transports coûtent chers.

Kyoto

Pour aller à Kyoto, nous avions deux possibilités :

  • Prendre le Shinkansen pour un coût d’environ 120€ avec un trajet d’environ 2h
  • Prendre le bus de nuit « Eco Dream » pour environ 80€ mais avec un trajet de 8h

Une fois arrivés à Kyoto nous avions réservé à l’hôtel « Tour Club » proposant des chambres « traditionnelles » aux alentours de 28€. Nous avons déposés nos bagages et sommes partis en visite le temps que l’hôtel libère la chambre. Pour les visites, nous avons décidé de prendre le pass de bus journalier coûtant 500円. Le trajet vers Nara coûte environ 7€ par la JR line et prend 45 minutes. Le site qui m’a été relativement utile car détaillant de nombreux détails vis-à-vis des monuments est celui de Japan Guide où vous pourrez trouver les monuments conseillés pour les visites, les prix et horaires de fournitures.

Carte du séjour

Afficher ESIEE – Stage I4 2012 – Localisations sur une carte plus grande

Galerie du séjour

Galerie de photo du Japon

Journal du séjour

Journal sous forme de billet de blog détaillant les 3 mois passés au Japon.

Source

Tous les supports liés sont aux crédits de leurs auteurs respectifs.